22/11/2010

église Saint-Jacques Stabat Mater de Pergolèse

Liège, église Saint-Jacques Stabat Mater de Pergolèse

Chef d'œuvre incontournable de la musique baroque, le Stabat Mater a été composé par Pergolèse en 1736, deux mois avant sa mort à 26 ans d'une tuberculose.

Muriel Bruno-Godron, Albane Carrère et l'Orchestre Convivium dirigés par Pierre Thimus interprètent le STABAT MATER de Pergolèse.

En première partie de concert, Pierre Thimus joue à l'orgue Renaissance des œuvres de Bruhns, Bach, Buxtehude et Boehm. Diffusion du jeu de l'organiste sur grand écran.

Orchestre Convivium Muriel Bruno, soprano Albane Carrère, mezzo-soprano Pierre Thimus, direction

Pierre Thimus.jpg

Tarif : Adultes : 15 € / étudiants < 26 ans : 9 € / Enfants < 12 ans : gratuit Vente des billets : à l’église dès 15 h 15 ou places numérotées sur www.moxity.com  Parking gratuit, Axa Royale Belge, rue Eugène-Ysaye,10 Renseignements : www.msj.be  Dans le cadre du trentième anniversaire de l'association des Guides bénévoles de l'église Saint-Jacques.

 L’itinéraire de la soprano belge Muriel Bruno-Godron est particulièrement atypique. Après des études musicales et théâtrales classiques (piano, harpe, chant, art lyrique et arts de la parole), elle se tourne vers les musiques et danses traditionnelles et participe à la fondation du Trio Virga, ensemble de musiques du monde, qui compte à ce jour plus de 260 représentations. À son actif : chant, harpe celtique, clavecin et percussions. À cela s’ajoute la pratique de la danse orientale et des danses traditionnelles. Diplômée des conservatoires de Liège (Belgique) et de Maastricht (Pays-Bas), ses compétences pédagogiques lui ont permis de devenir animatrice pour les Jeunesses musicales au sein du Trio Virga, puis du groupe Arscenic, ainsi que professeur de chant. Musicienne, chanteuse, danseuse, comédienne, elle participe à divers spectacles et ateliers dans des domaines aussi variés que la musique ancienne, la mélodie, la comedia dell’arte, l’oratorio, la comédie musicale et l’opéra. C’est en 2003 que Muriel Bruno-Godron débute à l’Opéra-Studio de la Monnaie (Bruxelles), sous la direction de Keith Warner, puis d’Alessandro De Marchi. Tout naturellement, elle enchaînera, au théâtre royal de la Monnaie, cette fois, avec « La Giostra d’Amore », de Händel (Eurillia), et « Le Roi Arthus », d’Ernest Chausson, ainsi que plusieurs récitals lors des « Concerts de midi » (Chausson, Chostakovitch…) Avec le Choeur symphonique de Liège, elle a interprété le Requiem de W.A. Mozart et la Messe Sainte Cécile de C. Gounod, et fut invitée par l’Orchestre philharmonique de Liège pour interpréter le rôle de Gulnare dans la suite Aladin de C. Nielsen, et Robert le Cochon de M.O. Dupin… enchaînant ensuite avec le spectacle de comédies musicales «Live from Broadway », joué une dizaine de fois à Bruxelles. Récemment, elle a chanté au prestigieux festival de Lugano, dirigé par Martha Argerich, dans La Fugue d’Alexis Weissenberg, et fut une « Musetta » remarquée dans La Bohème de G. Puccini, sous la direction de Daniel Donies. Elle compte déjà quatre références discographiques à son palmarès, dont le CD A la Una, reprenant le répertoire du Trio Virga, ainsi que La Fugue d’Alexis Weissenberg (Lugano 2008). Avec son répétiteur, le pianiste et chef d’orchestre David Miller, elle forme un duo donnant des récitals de musique classique et de jazz.

La mezzo-soprano Albane Carrère débute le chant à seize ans. Après avoir obtenu un diplôme de sociologie à l’université Libre de Bruxelles, elle entre au conservatoire royal de Musique de Bruxelles dans la classe de Ludovic de San et au Koninklijk Conservatorium dans la classe de Dinah Bryant. Elle se perfectionne lors de master classes auprès de Lorraine Nubar, professeur à la Juilliard School et d’Hanna Schaer à Paris. Actuellement, elle travaille auprès de la mezzo-soprano Nadine Denize. Depuis 2005, Albane Carrère est plusieurs fois invitée en tant que jeune espoir du chant lyrique à « Solistes au Domaine », aux côtés de Barbara Hendricks, José Van Dam et Yvan Rebroff, comme soliste aux Concerts européens (Brussels Summer Festival) et au festival de l’Été Mosan, accompagnée par l’orchestre de la Chapelle musicale de Tournai. Au cours de l’été 2008, elle interprète le rôle de Samantha dans La Fugue d’Alexis Weissenberg en Suisse au festival de Lugano (Progetto Martha Argerich), accompagnée de pianistes renommés parmi lesquels Alan Weiss, Francesco Piemontesi et Martha Argerich et chante des extraits de Carmen aux « 20 ans de la Nuit musicale de Beloeil ». En octobre 2008, Albane Carrère fait ses débuts à l’opéra dans les rôles de Mallika et Mistress Bentson dans Lakmé de Delibes, sous la direction de Jean-Pierre Haeck (opéra de Gand) et elle interprète le rôle-titre de la comédie musicale La Mélodie du bonheur, sous la direction de David Miller et dans une mise en scène de Joël Lauwers, au palais des Beaux-Arts de Charleroi et au Forum de Liège. Cette année, elle a chanté à l’église des Minimes, accompagnée par l’orchestre et le choeur de la Chapelle des Minimes, et donné un récital d’airs de Mozart et Rossini au théâtre du château de Chimay. En avril, elle s’est produite en soliste dans Elijah de Mendelssohn au Flagey Studio, accompagnée par le Charlemagne Orchestra for Europe sous la baguette de Bartholomeus-Henri Van de Velde. Cet été, Albane Carrère a chanté en France au festival de Saint-Riquier avec le Laudantes Consort sous la direction de Guy Janssens ainsi qu’aux « Nocturnes de la cathédrale de Rouen ». En Belgique, elle a donné un récital « lieder / opéra » au Parc royal dans le cadre des Concerts européens et a interprété des Lieder de Haydn au château de Modave accompagnée par Guy Van Waas et son quatuor. Début 2010, Albane Carrère a chanté au festival de Lasnes sous la direction de Xavier Haag (Concert Monteverdi) et a interprété le cycle Frauenliebe und-Leben de Robert Schumann à l’occasion du 200e anniversaire de sa naissance avec les solistes de la Chapelle musicale. Cet été, elle a été à nouveau invitée au Progetto Martha Argerich dans un concert dédié à la comédie musicale américaine (Bernstein, Gerschwin…) En 2011, Albane Carrère interprètera le rôle de la deuxième dame (Die Zauberflöte de Mozart) à l’opéra de Rouen et ceux de l’Écureuil, La Bergère et la Chatte (L’Enfant et les Sortilèges de Ravel) sous la direction de Henri Farge.

Pierre Thimus est né en Belgique dans une famille de musiciens. Il commence l’étude de la musique par la guitare avec Gonzales Mohino. Très rapidement, il se tourne vers l’orgue et étudie avec Firmin Decerf, Hubert Schoonbroodt et Jean Ferrard. Plusieurs sessions de perfectionnement viendront compléter sa formation. Au conservatoire royal de Musique de Liège il obtient de nombreux premiers prix parmi lesquels ceux d’orgue et de basson. En 1986, il est nommé organiste titulaire de l’ancienne église abbatiale Saint-Jacques de Liège qui abrite un magnifique grand orgue Renaissance, classé Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Il a été chargé par la ville de Liège de la direction des travaux de reconstruction de cet instrument de 1993 à 1998. Ces travaux furent réalisés par la manufacture d’orgues Schumacher de Baelen. Il est professeur d’orgue à l’académie Grétry de Liège et à l’académie de musique de Malmedy. Depuis 1998, il est le directeur artistique du festival d’Orgue de Liège. Il donne de très nombreux concerts d’orgue partout en Europe notamment en France (cathédrale Notre-Dame de Paris, cathédrale de Dijon, Metz, Chamonix, Saint-Guilhem-le-Désert, Bordeaux, l’Alpe-d’Huez), en Pologne (cathédrale de Varsovie, Poznan, Gdansk, Pasym, Wolstyn), en Allemagne (Aachen, Bochum, Freiburg, St. Bläsien, Magdebourg, Eckenhagen), à Majorque (festival d’Orgue international de Palma de Majorque), aux Pays-Bas (festival L’Europe et l’Orgue de Maastricht), en Italie (Rome, Cantu, Alassio, Ravenne), en Suisse (Lausanne, Sion, Soleure, Auvernier), en Norvège (Fana, Bergen) au Grand-Duché de Luxembourg, et, bien sûr, à de très nombreuses reprises en Belgique, entre autres, à la Semaine internationale de Bruxelles. Il s’est également produit lors de la Semaine internationale d’Art organistique à Rio de Janeiro. Pierre Thimus est aussi très actif en tant que chef d’orchestre et de choeur : il a fondé l’orchestre Convivium et le Choeur symphonique de Liège qu’il a dirigés dans un très vaste répertoire choral et orchestral couvrant les grandes périodes de l’histoire de la musique. Citons les Requiem de Mozart, Schumann et Fauré, des Oratorios et Messes de Mozart, Haydn, Schubert, Mendelssohn, Beethoven, Gounod, Rossini, l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns, le Te Deum de Dvorak, les Stabat Mater de Haydn et Schubert, la Petite messe solennelle de Rossini, le Magnificat de C.P.E. Bach, Carmina Burana de Carl Orff, Cristellane de Luc Baiwir… Plusieurs de ses concerts ont été radiodiffusés dont, en première mondiale pour la RTBF, la Symphonie Choral d’Orgue de Charles Tournemire. On lui doit plusieurs enregistrements sur disque dont deux CD à l’orgue Renaissance de l’église Saint-Jacques à Liège et un, consacré à l’œuvre de Boehm, à l’orgue Westenfelder de Visé. En tant que chef d’orchestre et de choeur, il a enregistré des oeuvres de Mozart ainsi que Cristellane de Luc Baiwir avec l’orchestre Convivium et le Choeur symphonique de Liège. www.msj.be

Les commentaires sont fermés.